Sainte Anuarité

Membre des Sœurs de la Sainte Famille

Marie-Clémentine Anuarité Nengapeta (29 décembre 1939 – 1er décembre 1964) née Anuarité Nengapeta

Commémorée pour

Elle est commémorée comme la première femme bantoue élevée sur les autels avec sa béatification le 15 août 1985 par le pape Jean Paul II. Elle est ainsi déclarée martyr de la pureté.

Son histoire

Anuarite est née dans une famille animiste. À l’âge de 16 ans, Anuarité  exprime son intention de devenir religieuse. Ses parents s’oppose à cette idée. Anuarité, persistante et  non  facilement découragée , de sa propre initiative, demande à être admise au couvent.

Elle est tout d’abord été refusée de part son jeune age. Elle rejoint ensuite la communauté Bafwabaka. En 1959, Anuarité prononce ses vœux et devient Soeur Marie-Clémentine.

En 1964, la rébellion menée par Mulélé  éclate  et occupe la majeure partie du pays en quelques semaines. Les rebelles appelés Simba s’ opposent à tout symbole occidental. Cela inclut les moines et les nonnes autochtones qu’ ils disent être de connivence avec les étrangers.

En novembre 1964, les rebelles arrivent au couvent de Bafwabaka et embarquent 46 religieuses dans un camion pour les emmener à Wamba. Ils prétextent des raisons de sécurité. Le camion change de direction et se rend à Isiro où les religieuses y sont conduites au domicile du colonel Yuma Déo.

Toutes les sœurs, à l’exception d’Anuarité, sont transférées dans une maison voisine appelée «la maison bleue». L’un des dirigeants de la Simba, le colonel Ngalo, avec l’aide d’un soldat nommé Sigbande, tente alors de convaincre Anuarite d’être son épouse. Sa première proposition fut rejetée et refusée à plusieurs reprises, même après que les soldats furieux l’aient isolée et menacée de mort.

Pendant ce temps, les autres religieuses de la maison bleue refusent de se nourrir sans la présence de leur mère supérieure. Au moment du souper, Anuarité partage un plat de riz et de sardines avec Mère Xavéria. Annuarité met en garde ses sœurs de ne pas boire la bière fournie par les Simbas, car celle était empoisonnée.

Elle déclare aussi qu’elle était prête à mourir pour défendre sa virginité.

Plus tard dans la nuit, le colonel Olombe, avec un groupe de Simbas, confine les soeurs dans une pièce afin d’ isoler Anuarité. Troubléé et inquiète, Anuarité  demande à la mère supérieure de prier pour elle.

Anuarité tente ensuite  de s’échapper mais elle est rattrapée et une lutte acharnée s’en suit. Entre les coups, Anuarité eut la force de dire: je vous pardonne car vous ne savez pas ce que vous faites. Le colonel a appelle les Simbas et leur  ordonne de poignarder Anuarité avec leurs baionettes. Après cette action , Olombe prend  son revolver et lui  tire une balle dans la poitrine.

Le colonel reprenant ses esprits, demande alors aux nonnes retirer le corps d ‘ Anuarité qui respirait encore faiblement.  Elle meure mourir vers 1 heure du matin, le 1er décembre 1964. Anuarité est ensuite enterrée avec d’autres prisonniers dans une fosse commune. Huit mois plus tard, son corps a été exhumé et inhumé avec tous les honneurs dans le cimetière situé près de la cathédrale d’Isiro.