Bienvenue

Ces dernières années, la République Démocratique du Congo (RD Congo) a fait la une du journal britannique, The Guardian en tant que « La capitale du viol » et « Le pire endroit au monde pour les femmes ». Du Cœur des ténèbres de Joseph Conrad, il est devenu l’Art des ténèbres.

Dans le livre Danser à la gloire des monstres de Jason Stearns, la RD Congo est le lieu de la Grande Guerre d’Afrique. Au centre de ce conflit de pouvoir et de la conquête de la richesse, le viol est utilisé comme une arme de guerre et les statistiques et témoignages ont démontré que près de 40 viols sont commis chaque jour.

Le discours d’acceptation du Dr Denis Mukwege, lauréat du prix Nobel de la paix en 2018, dresse la  situation: « les femmes sont les principales victimes; le corps des femmes est devenu un champ de bataille ». Malgré cela,  elles ont la capacité de continuer à vivre et même d’ élever un pays dans l’espoir qu’un jour les choses s’amélioreront. Nzambe ako sala (lingala) Mungu ata fania (swahili) – Dieu pourvoira.

Depuis son indépendance, la RD Congo a vu sa population migrer vers diverses régions du monde, créant ainsi une diaspora très importante sur tous les continents. Les femmes continuent de jouer un rôle clé dans l’intégration de la communauté congolaise dans leurs pays d’accueil. Elles supportent leur proches au pays tout en essayant de maintenir leur  famille soudée sur place.  Aussi par divers moyens, elles s’ efforcent de transmettre les valeurs de leur pays d’ origine  à leurs enfants. Dans tous les cas, l‘ histoire a montré que des femmes congolaises ont élevé des armées pour protéger leur population et leurs territoires.

L’histoire de la femme congolaise est celle de la  force, de courage et de la résilience, profondément enracinés à l’intérieur, transmis par son éducation et son héritage. Il est crucial que ces histoires soient honorées au niveau national et connues du monde entier.